Camp

Rejoignez GFNY pour une semaine mémorable de vélo dans les Alpes.

Ce que comprend votre billet pour le « Camp"

  • Réception de bienvenue 
  • Zone d'inscription spéciale
  • Départ dans le sas VIP
  • Espace privé pour le repas après la course
  • 7 jours de vélo en groupe soutenu 40-90km/jour
  • Participez à de nombreuses ascensions célèbres pour vous préparer à la course et profiter au maximum de votre semaine dans les Alpes
  • Dîner de bienvenue

Lors des sorties groupées vous serez accompagnés par des guides et des entraîneurs expérimentés. Vous serez de retour du vélo en début d'après-midi pour profiter également d'activités touristiques, non cyclistes. 

Plan de voyage

Vous devez prévoir d'arriver à Vaujany le jeudi 23 juin.

Le programme démarre le vendredi 24 juin et se termine le vendredi 1er juillet. Le rendez-vous est fixé à 9h30 tous les jours dans le centre-ville de Vaujany. Nous nous retrouvons dans un café, ce qui vous permet de prendre une boisson ou d'aller aux toilettes avant la sortie. Nous prenons souvent des photos de groupe et des vidéos avant le départ. Le briefing quotidien est à 9h45.

Le départ est prévu à 10h. Depuis notre point de rencontre, nous nous rendrons à notre challenge du jour. Nous prendrons un transfert en van jusqu'au Col du Galibier. L'heure de rendez-vous pour le transfert en van sera 9h00.

Pour le premier jour, nous roulerons doucement et resterons ensemble. Nous utiliserons cette journée pour déterminer la vitesse du groupe. Pour les autres jours, nous diviserons les groupes en fonction de la vitesse, mais tous les coureurs prendront les ascensions de montagne à leur propre vitesse. Une voiture de soutien avec de l'eau, de la nourriture de base et des pièces mécaniques de base suivra la randonnée.

Les chefs de groupe parleront français, anglais et espagnol.

Itinéraire

Voici l'itinéraire de la semaine, notez que vous avez toujours la possibilité de prendre un jour de congé ou de faire votre propre randonnée si vous le souhaitez.

  • Ven: tour du Lac du Verney à Vaujany (ou Col du Sabot en option).
  • Sam: repos ou route du Bessey
  • Dim: course
  • Lun: A déterminer
  • Mar: Col de la Croix de Fer
  • Mer: transfert au Lautaret pour le Col du Galibier
  • Jeu: Col d'Ornon
  • Jeu: Oulles
  • Ven: Alpe d'Huez - Vaujany

Veuillez noter que l'itinéraire peut être modifié en fonction de la météo. Nous changerons les itinéraires quotidiens pour monter les Cols selon le  temps du jour.

Chaque soir, nous envoyons un email à tous les campeurs avec le programme exact et l'itinéraire pour le vélo du jour suivant.

Plus d'information

Pour toute question sur le camp, merci de contacter:

Français: france@gfny.com
Anglais: info@gfny.com

Pour plus d'informations, écoutez nos podcasts quotidiens.

Podcast des jours 1 et 2 sur Spotify
Podcast du jour 3 sur Spotify
Podcast des jours 4 et 5 sur Spotify
Podcast des jours 6 et 7 sur Spotify

Un retour sur le camp GFNY Alpes Vaujany 2020

C'est enfin arrivé : Un Gran Fondo et une aventure à l'étranger ! Qui l'aurait cru ? Avec le COVID et tout le reste. Tout a été annulé cette année, mais finalement quelque chose de bien se passe. Je participe à la première édition du GFNY Alpes Vaujany. Et je ne fais pas seulement le Gran Fondo, je fais aussi le camp qui le précède.

GFNY Alpes Vaujany est la dernière addition au calendrier européen de la marque internationale. GFNY a aussi des courses au Portugal et en Italie, et j'ai déjà participé à la GFNY Deutschland, qui a malheureusement fermé l'année dernière.

Mais la GFNY Alpes Vaujany est ON ! Et le camp commence une semaine avant l'événement. Le camp est une excellente idée. Comme son nom l'indique, le GFNY Alpes se déroule dans le pittoresque village de montagne de Vaujany, dans la vallée de la Romanche. La même vallée que l'Alpe d'Huez et Bourg d'Oissans. J'ai déjà participé à des événements dans la région, mais je suis toujours arrivé un ou deux jours avant, et j'étais donc assez rouillé dans les descentes et j'avais du mal à trouver le rythme dans les montées.

C'est donc un changement de rythme agréable avec une semaine entière avant la course. Un peu d'histoire : Je m'appelle Nikolaj, j'ai 31 ans et je viens du Danemark. La partie nord. Je peux faire une course de 100 kilomètres et ne faire que 200 mètres de montée. Je vis donc dans un endroit plat. Mais à la place, nous avons le vent. Je suis assez maigre et je fais du vélo d'élite danois de niveau cat. C, donc on peut dire que je suis un cycliste expérimenté.

Mon voyage vers la France commence à Aalborg, au Danemark, d'où je me rends en voiture à Hambourg, en Allemagne. De là, j'ai pris l'auto-train jusqu'à Lörrach, à la frontière suisse, et j'ai fait le reste du chemin en voiture jusqu'à Vaujany. L'auto train voyage de nuit, ce qui est un changement de rythme agréable, étant capable de dormir tout le chemin à travers l'Allemagne, ce qui est habituellement un voyage en voiture redouté.

Samedi après-midi, j'arrive à Vaujany et je m'installe à l'hôtel V de Vaujany, un bel hôtel quatre étoiles qui est le partenaire officiel de l'événement GFNY. J'ai le temps de faire un petit tour avant que tous les participants au camp ne se retrouvent pour un verre au bar de l'hôtel en début de soirée.

Le temps est parfait, 25 degrés et presque pas de vent et les prévisions météorologiques semblent être les mêmes pour la semaine. Vaujany est situé à un tiers du Col du Sabot, qui est une montée vraiment pénible.

Une descente rapide vers Allemond et une remontée pour faire travailler les jambes après le voyage. Mais personne ne m'a dit qu'il y aurait 10% sur les 5 kilomètres jusqu'à Vaujany ? Ils ne semblaient pas si raides dans ma voiture. Je suis donc un peu en retard pour l'apéro-rencontre. En arrivant au bar, les autres se sont déjà rassemblés. Uli Fluhme, le fondateur de GFNY, reçoit.

"Ça va être un camp très boutique cette année" déclare-t-il en entrant, en faisant référence aux cinq autres personnes présentes dans la salle. Malheureusement, en raison du COVID et des restrictions de voyage, seules quatre autres personnes ont pu se rendre en France. On en attendait environ vingt-cinq, la plupart venant des Etats-Unis. Mais ce n'est pas grave, comme le dit Uli, ce sera plus intime comme ça.

Le lockdown de printemps en Europe est un excellent déclencheur de conversation et rapidement tout le monde parle. Ce qui est génial avec des camps comme celui-ci, c'est que vous rencontrez des gens de différents pays et de différents milieux. Et l'édition COVID-19 du camp GFNY Alpes Vaujany n'est pas différente. Les autres viennent de Pologne, de Suisse, de Belgique et un Argentin d'Allemagne. L'un d'entre eux est médecin, un autre est chef cuisinier. Un autre fait des triathlons, un autre a acheté son vélo de course au printemps et c'est sa première fois en montagne, tandis qu'un autre est un Gran Fondoïste chevronné qui voyage dans le monde entier pour participer à des événements comme le GFNY.

C'est un groupe formidable et je me réjouis vraiment de la semaine à venir.

Premier jour : se mettre à l'aise


Il existe un programme officiel pour la semaine, mais le plan est susceptible d'être modifié en fonction des conditions météorologiques et de la formation des groupes.

conditions météorologiques et de la formation des groupes. Chaque jour, nous nous retrouvons sur la place de la ville, où nous pouvons prendre un expresso avant le décollage à 10 heures. L'heure de rendez-vous est au plus tard 15 minutes avant le décollage.

Avec seulement cinq campeurs, il y a presque autant de guides GFNY, donc ils peuvent nous couvrir 1:1, ce qui est agréable. Le but du camp n'est pas d'être en forme ou en meilleure condition pour la course. C'est impossible avec seulement une semaine. Le but est plutôt de préparer tout le monde aux défis à venir. Dans ce cas, il s'agit de trouver le rythme dans les montées et de prendre confiance dans les descentes. S'il s'agissait du camp GFNY Italie, l'accent serait mis sur le maniement du vélo et la technique lors des sections de gravier sur les Strade Bianche.

Aujourd'hui, nous faisons une petite balade jusqu'à Bourg d'Oisans, à l'autre bout de la vallée, juste pour faire travailler les jambes et donner aux guides GFNY une image des capacités du groupe. Nous avons un suivi, qui porte des chambres à air de rechange, des produits énergétiques et de l'eau, ainsi que nos sacs personnels avec des vêtements supplémentaires et autres.

Il fait frais le matin à cette altitude, donc nous descendons tous dans la vallée avec des vestes et les déposons à la voiture en bas. Au lieu de traverser la vallée par la route principale, nous longeons la Romanche et la piste cyclable. Il y a plusieurs autres groupes qui roulent. C'est agréable de voir que le monde est encore debout en cette année inhabituelle et folle.

Bourg est un petit village sympathique et après un petit tour dans le village, nous retournons à Vaujany. La montée est dure et il n'y a pas moyen de se cacher. Je suis le premier de retour à Vaujany avec Cédric Haas, le directeur de course du GFNY Alpes Vaujany et ancien pro, et Mathias van Aken, le manager SoMe du GFNY et également ancien pro, mais seulement au niveau continental. Sa carrière s'est malheureusement terminée trop tôt à cause d'une blessure.

Le reste du groupe suit peu après et c'est tout pour aujourd'hui. Le suisse, Demetrio, est également logé dans le même hôtel que moi, mais les autres sont venus avec des membres de leur famille et logent dans des chalets et d'autres hôtels à Vaujany.

Demain, la célèbre Alpe d'Huez nous attend.

Jour 2 : La légende


C'est un travail difficile d'organiser un Gran Fondo, donc aujourd'hui Uli et Lidia Fluhme ne se joindront pas à nous. A la place, c'est le guide principal, le propre M. Wolf de GFNY. Son vrai nom est Mirco et il est italien. Vous vous demandez quel est son surnom ? Il l'a eu d'après le personnage de Tarantino dans Pulp Fiction. Vous savez ? Le gars que vous appelez quand vous avez des problèmes et que vous avez besoin de réparer quelque chose, que ce soit un dérailleur arrière qui a besoin d'être ajusté ou une voiture remplie du cerveau de quelqu'un. Eh bien, Mirco est le même genre de type. Il répare des choses. Et il est petit et a une barbe grise qui lui donne des caractéristiques de loup.

Aujourd'hui, M. Wolf conduira notre groupe à l'Alpe d'Huez et aux vingt et une épingles à cheveux. Nous descendons la vallée comme hier et au rond-point avant la montée, nous nous arrêtons pour déposer les vêtements superflus. Je vide complètement mes poches, ne laissant qu'un gel. Je veux faire un bon temps dans cette montée. C'est lundi, donc la course est encore dans six jours. Je peux y aller à fond aujourd'hui - et je vais le faire.

Mirco veut une photo en bas. Il ne va pas courir cette montée. Au lieu de cela, Mirco restera avec le dernier homme du groupe, s'assurant que tout va bien. La voiture suiveuse sera également derrière le dernier coureur, et ne dépassera qu'occasionnellement le groupe entier pour prendre des photos.

Je suis concentré. J'ai de la musique dans les oreilles et dès que tout le monde est prêt à partir, je pars. L'Alpe est la plus dure en bas. Je l'ai déjà fait une fois dans la vraie vie, dans un autre événement, et plusieurs fois sur Zwift. Mais ce n'est pas la même chose. C'est dans le bas que la montée est la plus dure. Les trois premiers kilomètres montent avec environ 10% et ensuite ça continue avec 7-9% jusqu'au sommet.

J'y vais à fond depuis le bas. Il n'y a pas beaucoup de trafic de voitures, mais au contraire, il y a beaucoup d'autres coureurs qui montent. Je les laisse tous derrière moi. Mes jambes sont en pleine forme et le seul à pouvoir me suivre est un vieil homme sur un e-mountainbike. Nous échangeons quelques mots en français, avant qu'il ne descende et s'assoie dans ma roue. Enfin au sommet. Je peux voir la ligne d'arrivée. Le vieil homme est toujours là et me dépasse sur les 200 derniers mètres.

J'ai fait un super temps, un peu moins de 44 minutes et une place parmi les 100 personnes les plus rapides sur Strava. Une belle confirmation de ma condition avant la course du GFNY Alpes Vaujany. Je fais demi-tour et retourne sur mes pas jusqu'à ce que je rencontre Mirco et la voiture. Ils sont avec Maciej de Pologne. C'est sa première fois en montagne. C'est un vrai baptême du feu. J'ai vu les autres plus loin, je les ai rejoints et ensemble nous avons terminé la montée. Au sommet, nous prenons des photos et commandons le déjeuner.

Après un moment, il est temps de rentrer. Nous descendons le col de la Confession, qui commence (ou finit) à deux kilomètres du sommet de l'Alpe d'Huez. Du sommet de la Confession, on a une belle vue sur la vallée. Mirco donne un cours magistral de descente pour ceux qui sont intéressés. C'est une belle descente avec de longues lignes droites et une vitesse pas trop élevée.

De retour à Vaujany, M. Wolf m'invite à dîner. Son cousin travaille dans un restaurant aux Deux Alpes, à une heure de route, alors le soir, j'y vais avec l'équipe du GFNY pour manger des crêpes.

Jour 3 : Atteindre de nouveaux sommets


Aujourd'hui, nous commençons tôt. Nous nous retrouvons à la place déjà à 9 heures. Aujourd'hui nous allons à l'un des plus hauts cols des Alpes : Le Col du Galibier. Nous devons y aller en voiture. Lidia et Uli ont apporté leur minivan d'Italie, qui a de la place pour tout le monde sauf moi. En tant que membre officiel de la meute des loups, je suis invité à monter dans la voiture suiveuse avec M. Wolf, Mathias, Cédric et Sara, la coordinatrice de l'événement GFNY.

C'est un groupe amusant et une excellente façon de connaître l'organisation du GFNY de l'intérieur. Nous nous arrêtons au Col du Lautaret. C'est là que la route principale entre Grenoble et Briançon/Torino rencontre la route de la vallée de la Maurienne. De là, vous pouvez faire quelques kilomètres jusqu'au sommet du Galibier, ou descendre vers la vallée de la Romanche ou vers Briançon.

Après avoir pris des photos, nous tournons nos vélos vers le Galibier et nous nous mettons en route. Je roule doucement. Comme hier, j'ai l'œil sur un nouveau pr sur le Galibier. Je l'ai déjà fait deux fois, mais toujours avec le Télégraphe en guise d'entrée en matière. Le col du Galibier se termine à 2642 mètres, l'air est donc sensiblement plus fin ici. Grâce à mon faible poids, je suis le premier à atteindre le sommet, et j'ai même le temps de redescendre d'un kilomètre jusqu'au café du tunnel, pour prendre un expresso en attendant.

Je retrouve les autres au sommet et nous prenons d'autres photos. C'est comme si on se tenait au plafond de l'Europe et qu'on pouvait voir le Mont Blanc d'ici. Il y a beaucoup d'autres cyclistes et motards, même si la saison estivale touche à sa fin. Nous sommes d'accord pour descendre vers Vallois, mais nous ne nous mettons pas d'accord sur un point de rencontre définitif. Mirco est rapide dans les descentes, mais je suis aussi un bon descendeur. Il s'arrête pour prendre une photo avec Mathias, ce qui me laisse être le premier à atteindre Vallois. Je m'arrête pour manger une barre énergétique en attendant les autres. Mais personne ne vient.

Après une attente qui me semble longue, je décide de remonter la montagne. Je me trouve au milieu de Vallois, un petit village de skieurs. Mais il y a deux routes qui le traversent, et peut-être que les autres se sont arrêtés avant d'entrer dans le village. Je traverse Vallois et arrive au début de la montée du Télégraphe. Ici, je fais demi-tour. Je dois être sûr d'arriver au début du segment Strava.

Le Galibier est une montée assez longue et avec l'air raréfié, il est difficile de prévoir comment les jambes et les poumons vont réagir. Je roule fort, mais je ne peux pas rouler aussi fort qu'hier sur l'Alpe. À l'approche du sommet, je ressens vraiment le manque d'oxygène. À environ deux kilomètres du sommet, j'aperçois quelques-uns des autres. Je monte le col du Galibier en 60 minutes et entre dans le top 80 de Strava. Je dépasse Maciej sur les 200 derniers mètres, c'est parfait. Uli s'excuse pour le malentendu avec le point de rencontre, mais c'est bon. Quand on va vite, on doit attendre de toute façon, et la vallée était plus chaude que le sommet de la montagne.

Nous redescendons aux voitures et déjeunons ensemble dans les restaurants du carrefour au sommet du Lautaret. M. Wolf commande un hamburger royal. Ce n'est pas le nom du burger, mais il devrait l'être car il est rempli de bacon, de fromage et de quelque chose que je ne peux pas reconnaître. Je me contente de pâtes, mais M. Wolf me jette un regard critique : "Nick, ce ne sont pas des pâtes, crois-moi", dit-il avec son accent italien.

Demain, nous ferons la Croix de Fer, la première montée du GFNY Alpes Vaujany. 25 kilomètres dans les airs.

Jour 4 : La croix de fer


Aujourd'hui, c'est un aperçu du parcours de dimanche. Le GFNY Alpes Vaujany commence à Vaujany, descend le Col du Sabot, monte la Croix de Fer, descend dans la vallée de la Maurienne et monte le Col du Glandon, et redescend la Croix de Fer et la descente du Glandon (qui est la même), avant de remonter le Col du Sabot à Vaujany.

Donc, on voit à la fois la première montée et la dernière descente de la course. C'est parfait. J'ai déjà fait le Glandon, mais aujourd'hui je n'ai pas l'intention d'y aller à fond. Il est temps de reposer les jambes. Mon plan initial était de rester avec les autres, mais avec mon faible poids, je ne fais que filer. Il n'y a pas de trafic et seulement quelques autres cyclistes. On peut vraiment sentir que nous sommes à la fin du mois d'août et que la saison est terminée.

Le temps est encore une fois parfait. Les températures sont de l'ordre de 20°C et il y a une petite brise. La Croix de Fer est une montée délicate qui peut être divisée en deux sections. Le point commun de ces deux sections est qu'elles ont toutes deux de longues lignes droites et de petites descentes. La première moitié de la montée est la plus raide et comporte des sections avec plus de 15% d'inclinaison. L'autre moitié n'est pas aussi raide et comporte des sections à près de 4%. La pente moyenne de cette montée est donc trompeuse. Je vais doucement sur la première moitié, en essayant de rouler dans la zone d'endurance, mais je ne peux m'empêcher de pousser un peu le tempo sur les sections raides.

A peu près à mi-chemin, il y a un lac et le plateau s'ouvre. C'est là que ça s'aplatit. Je mets le grand plateau et je me laisse un peu emporter et commence à rouler plus près du sweetspot que du rythme d'endurance. C'est une très belle montée une fois sur le plateau et je vais super vite après le virage à gauche vers le sommet du Col du Glandon. Je continue trois kilomètres plus loin sur la route jusqu'à la Croix de Fer, qui marque la fin de la Croix de Fer. Il y a un petit café là-haut.

Mais le vent est froid et je n'ai pas pris de gilet, pensant rouler avec les autres et avoir la voiture juste derrière moi. Je fais donc demi-tour et redescends. La voiture est garée près du lac, là où la montée s'aplanit. C'est parfait. Je remplis mes bouteilles et mets mon gilet dans les poches arrière.

J'ai croisé Demetrio, le suisse de mon hôtel, quelques centaines de mètres plus haut sur la route. Ensemble, nous montons au sommet où quelques autres attendent. Nous prenons un café avant de redescendre. C'est la fin du programme officiel. Demetrio et moi montons au sommet du Glandon avant de redescendre.

Nous avons fini de rouler plus tôt que les autres jours, alors je profite de ce temps libre pour prendre l'ascenseur à Vaujany et faire une petite randonnée au sommet de la montagne. La vue est incroyable.

Du sommet, on peut marcher jusqu'à l'Alpe d'Huez. Et vous avez une vue complète sur la vallée et Vaujany. Le plan pour demain est d'aller en voiture au Col d'Izoard.

Jour 5 : Dernier jour au paradis


Le voyage à Izoard est annulé. Les jambes sont fatiguées et personne n'a envie de faire un long trajet en voiture jusqu'à Briançon. Aujourd'hui, nous allons donc faire une petite randonnée - jusqu'au sommet du Col du Sabot. La montée est brutale, mais au moins nous commençons un tiers de la montée, depuis la place de Vaujany.

Le temps est encore parfait aujourd'hui. J'y vais très doucement, en faisant la montée avec mon plus petit rapport. Il faut une éternité pour parcourir les 10 kilomètres jusqu'au sommet, quand on essaie d'appuyer sur les pédales aussi doucement que possible. La route ressemble plus à un chemin de chèvres qu'à une route. Et la route monte avec une moyenne de 10%.

Mais la récompense au sommet est énorme. Au bout de la route, il y a un point de retour, rien d'autre. Nous laissons les vélos derrière nous et marchons 100 mètres plus haut. La vue est incroyable. D'ici, nous pouvons voir le lac et le plateau de la Croix de Fer/Glandon, le sommet du Col de Madelaine et le pic du Mont Blanc. Nous nous asseyons et discutons pendant un long moment.

Soudain, d'un ton lugubre, Cédric déclare "C'est l'apocalypse". Il fait référence aux prévisions météorologiques pour demain. Ce qui est vraiment l'apocalypse. Aujourd'hui, c'est le dernier jour où il fait beau

d'été. Demain, il pleuvra et samedi, ce sera l'enfer sur terre. Dimanche s'annonce un peu mieux, mais toujours avec de la pluie.

Nous profitons des derniers rayons de soleil. Demain, ce sera juste un petit tour avant la pluie, et samedi, il n'y a rien de prévu.

Jour 6 : Appeler M. Wolf


J'ai cassé mon vélo. J'ai changé des pneus sur le vélo, mais j'ai dû le faire dans la petite chambre d'hôtel. Je l'ai donc mis à l'envers, ce qui est une mauvaise idée quand on a des freins hydrauliques. Et maintenant le frein arrière ne fonctionne pas correctement. Bon, le vélo n'est pas cassé, mais il faut le réparer.

La sortie d'aujourd'hui est un peu plus tôt que les autres jours, à cause de la pluie. C'est juste un petit tour jusqu'à Bourg d'Oisans et retour. J'ai appelé M. Wolf hier soir et j'ai crié à l'aide. "Pas de soucis Nick, je vais m'occuper de ton vélo". Mais maintenant, quand il est debout sur la place et qu'il la regarde, le verdict est clair : il faut voir un mécanicien pour être saigné.

Heureusement, Sara conduit toujours la voiture suiveuse. Je peux encore freiner avec le frein avant, mais descendre la montée rapide et raide de Vaujany n'est pas drôle avec un frein arrière défectueux. Je monte donc dans la voiture et la moto prend le toit.

Dans la vallée, on me dépose sur la piste cyclable qui longe la Romanche. Le timing est parfait, car les autres arrivent ici au même moment où mon Garmin reçoit le signal satellite. Nous roulons le long de la rivière jusqu'à Bourg. Quelques-uns des autres doivent aussi se rendre dans un magasin de cycles. M. Wolf et moi trouvons le mécanicien. Un grand type, avec un masque semblable à celui que porte Bain dans Batman.

Nous lui disons quel est le problème et il regarde le vélo. Puis il appuie dix fois sur le frein et le problème est résolu. M. Wolf et moi nous regardons et haussons les épaules. Apparemment, le vélo n'était pas si cassé que ça.

Demetrio et Maciej qui sont entrés dans le magasin reviennent. M. Wolf veut laver nos vélos, alors nous allons dans une station-service. Mais sur le chemin du retour vers Vaujany, il se met à pleuvoir. M. Wolf, qui est italien, a à peine été touché par une seule goutte qu'il dit : "Les gars, vous ne voulez pas rouler par ce genre de temps. Rentrons et trouvons un café". Je suis d'accord avec lui. Rentrer pour boire des expressos, ça a l'air sympa, alors je suis partant. Rouler sous la pluie avec nos vélos fraîchement nettoyés, ce n'est pas si amusant.

Après s'être assis au café pendant un certain temps, et la pluie devenant de plus en plus forte, M. Wolf appelle la très gentille Sara pour qu'elle vienne nous chercher. Elle exige un café pour son service. Ce fut une belle dernière journée de camp. Le Garmin révèle que je n'ai roulé que trente bonnes minutes aujourd'hui. Un spinning facile, après une bonne semaine.

Jour 7 : Apocalypse now


Je fais la grasse matinée et me réveille avec un temps gris et pluvieux. Les nuages sont lourds au-dessus de la vallée. J'ai un colocataire italien cette nuit, Zacchi. C'est un gars sympa de Côme, qui s'entraîne normalement avec les pros italiens et danois qui vivent dans la région, donc il a beaucoup d'histoires.

Nous ne quittons les lits que pour aller prendre le petit-déjeuner, et récupérer nos dossards et nos sacs. Nous rencontrons quelques autres gars, principalement des amis de Zacchi en Italie. La course aura lieu demain.

C'est la veille du jour de la course et, de ma chambre, j'ai une vue dégagée sur l'apocalypse. Zacchi et moi passons la moitié de la journée à discuter des meilleurs vêtements à porter. Le seul sujet de désaccord est de savoir s'il faut ou non porter des jambières. Zacchi pense que c'est la meilleure idée, mais étant danois, je suis sûr que je peux m'en passer. Demetrio, qui est médecin, m'a donné une crème pour les examens vaginaux, qui, selon lui, est hydrofuge et idéale pour les jambes. Je suis prudente quand il s'agit d'essayer de nouveaux produits le jour de la course, mais je vais peut-être essayer.

À part ça, nous nous mettons d'accord sur une veste de type Gabba et un VeloToze pour les pieds. On regarde les pros s'écraser à Nice, sur le Tour de France. La côte d'Azur n'a pas vu de pluie depuis des mois, donc

les routes sont glissantes. Dans l'après-midi, il y a une petite pause dans la pluie, alors je saisis l'occasion et vais faire une mise en jambe rapide.

Il ne fait pas trop froid dans la vallée. Je descends au barrage et vais directement dans le rond-point, au départ du Col de Confession. Mais au lieu de tourner sur la montée elle-même, je prends le virage à droite et descends vers Bourg d'Oisans. La vallée est silencieuse, on ne voit personne. Je tourne à droite sur la route principale et retourne à Vaujany. Je pousse fort la montée d'Allemond jusqu'au sommet du barrage. Je croise un autre coureur qui s'est aventuré dans l'apocalypse.

Ce n'est pas trop mal de monter sous la pluie, en fait on ne sent pas l'eau de la même manière que sur les plats. Je vais me passer de crème vaginale. De retour à Vaujany, je suis en train de bouillir. Je suppose que le maillot chaud à manches longues sous une veste Gabba était de trop.

Maintenant, il n'y a plus rien à faire. Demain, c'est le jour de la course. Demain c'est GFNY Alpes Vaujany. Je contemple la semaine passée. C'était une semaine fantastique. J'ai rencontré beaucoup de gens formidables et j'ai créé des souvenirs fantastiques. Ce n'est certainement pas la dernière fois que je participe à un camp GFNY.

C'était une préparation parfaite pour la course de demain. Et la pause parfaite de ma vie normale, dans cette année inhabituelle. Tout le monde ici a une histoire à raconter sur le COVID depuis son propre pays et c'est un excellent sujet de conversation. Mais une fois que vous êtes ici, tout tourne autour du vélo et la situation actuelle dans le monde est rapidement mise de côté et oubliée pendant une semaine. Je recommande à tout le monde de participer à un camp de cyclisme, la prochaine fois que l'apocalypse frappera à la porte.

Il est certain que je n'ai jamais été aussi bien préparé pour un Gran Fondo. Ma condition physique ne s'est pas améliorée pendant la semaine. Mais une semaine entière de montée et de descente de hautes montagnes m'a préparé mentalement et techniquement pour les défis à venir. Et c'est la clé d'une bonne expérience.

Deux mois plus tard

Nous sommes maintenant en novembre et l'expérience GFNY semble bien loin, et pourtant comme hier. Mon téléphone vibre. C'est Demetrio qui m'écrit dans WhatsApp. Il veut savoir si je vais aller au GFNY de Cozumel au Mexique. Pas cette année amigo - personne ne quitte le Danemark en raison de restrictions semble-t-il..... Mais une amitié s'est créée et nous sommes d'accord pour nous rencontrer à un GFNY en Europe l'année prochaine, peut-être en Italie, avec M. Wolf. Et c'est ce qu'est le GFNY. Non seulement pour rouler comme un pro pendant une semaine, mais aussi pour rencontrer de nouveaux amis et vivre de nouvelles expériences ensemble. J'ai hâte d'être à mon prochain GFNY.